Un trésor sous la basilique Saint-Sernin

Wouhou ! Je suis toute excitée à l’idée de vous raconter l’histoire de l’or de Toulouse… Des rumeurs récurrentes parlent de ce lac souterrain, caché sous la basilique Saint-Sernin. Celui-ci renferme le trésor volé au dieu Apollon. Alors, mythe ou réalité ? Hummm… Je vous propose de mener l’enquête !

Le vol du trésor du dieu Apollon

Temple d'Apollon à Delphes
Source : Book palace Giovannini DelphiLL

C’est 278 avant notre ère qu’une armée de valeureux Gaulois est partie piller le temple d’Apollon à Delphes. Le butin, particulièrement juteux, est constitué d’objets en or. Ces trésors sont les offrandes des pèlerins faites à ce « dieu du soleil ».

Lorsque les Gaulois sont revenus à Toulouse, ils sont frappés par une épidémie mortelle… Est-ce une malédiction ? Cela en a tout l’air… Le trésor, considéré donc comme maudit, est jeté dans un lac, près d’un temple toulousain. Hé oui… L’avarice est la mère de bien des maux.

Le trésor encore volé !

Peut-être que le nom de Cépion ne vous est pas inconnu… Célèbre consul, il prend la tête de Toulouse en 106, lorsque les Cimbres et les Teutons ont envahi la Gaule Narbonnaise. Heureux de cette belle prise, il en profite pour récupérer le trésor maudit, sans se préoccuper du sort de ces prédécesseurs. Pour info, d’anciens historiens ont évalué ce beau butin à 100 000 livres d’or et 150 000 livres d’argent. Quel pactole !

Trésor de pièces d'or
Source : breakingisraelnews

Fier de son acquisition, Cépion fait escorter son beau trésor à Rome via un convoi spécial. Et… c’est ici que l’on perd la trace du butin. Certains parlent d’un nouveau vol (et ben…) par des bandits. D’autres pensent que Cépion à manigancer ce faux vol et à utiliser le butin pour payer les maraudeurs accusés (quel filou !). Quoi qu’il en soit, Cépion est condamnée à l’exil et fini des jours à Smyrne.

Il faut en avoir le cœur net

 

Salle souterraine de la basilique Saint-Sernin
Source : opus.andrei.over-blog

Donc bien que le trésor soit introuvable, le lac lui, reste une source d’espoir. La légende veut qu’il se situe sous les fondations de la basilique Saint-Sernin. Alimenté par un témoignage anonyme du Moyen-Age, le mystère autour de ce lac est palpable. Cet homme (ou femme d’ailleurs, on ne sait pas), a eu le privilège de passer une porte secrète, de descendre des escaliers pour arriver à la fameuse galerie. Celle-ci renferme un petit lac. Mais cette escapade doit rester secrète… Voilà bien des mystères.

Pour vérifier ce témoignage, le sous-préfet de Toulouse, le baron Etienne-Léon de Lamothe-Langon va à la rencontre du curé de la basilique en 1811. De bonne foi, ce dernier le conduit aux fameux escaliers via une porte secrète. Le baron descend 132 marches jusqu’à une salle souterraine humide soutenue par de grands piliers. Quatre statues se trouvent ici, dont une représentation de Charlemagne. Il y a bien un lac, sombre et calme, mais point de trésor. Le baron est invité à graver son nom sur la pierre et à repartir.
Au début du 20ème siècle, le romancier Maurice Magre a remis cette histoire au goût du jour dans son roman « Le Trésor des Albigeois », que je vous laisse découvrir.

Un lac sous la basilique Saint-Sernin ?

Pour mettre un terme à ces ragots, Clément Tournier (historien toulousain), décide d’aller vérifier lui-même en 1942. Toujours de bonne foi, le curé actuel de la basilique lui fait descendre un escalier de 25 marches. Après avoir traversé un couloir de 5 mètres, l’historien découvre… un puits. Depuis la création des sous-sols de la Banque de France voisine, la nappe phréatique est montée de quelques centimètres. Ainsi, le couloir se retrouve inondé, constituant un petit lac sombre.

Photo du puits de la basilique Saint-Sernin
Source : basilique Saint-Sernin

L’or de Toulouse a alimenté les discussions familiales pendant des années. Néanmoins, le puits de la basilique a été le témoin de nombreux jets d’offrandes, dont l’archéologie moderne a confirmé l’existence. En ce qui concerne le trésor de Delphes, rien n’est moins sûr…

 

Publicités